Bilan du voyage

3 mois ont passé depuis notre retour ! On a mis du temps à assimiler tout ça, à comprendre ce qu’on avait vécu, et on peut finalement vous dresser un bilan.

Ce qui est sûr, c’est que ce voyage aura été riche en nouvelles expériences !

On a appris plein de choses sur les Mayas, Aztèques, Incas et autres, sur leur histoire, leur mode de vie, leur héritage culturel… leurs pratiques bizarres (piercing, tatouages, sacrifices humains, quelle bande de rebelles !), On a vu un tas de vieilles pierres qu’on a escaladées, admirées, photographiées. On s’est pris pour Indiana Jones pendant 6 mois, et même sans le fouet et le chapeau, c’était drôlement chouette !

On a mangé toutes sortes de choses étranges, des lamas, des piments inconnus en France, des baies ultra caloriques et méga sucrées, on a appris à cuisiner des plats exotiques (mon ceviche est excellent et j’apprends à perfectionner mes pao de queijo, ces délicieuses petites gougères au fromage du Brésil).

On s’est baigné dans des cenotes, dans des lagons turquoise, dans l’Atlantique, dans le Pacifique, dans les Caraïbes, on a nagé avec des poissons multicolores, des raies manta, des requins, des tortues gigantesques.

On a visité à peu près tous les musées d’art moderne de l’Amérique Latine, on a vu des artistes qui nous ont impressionnés, et d’autres qu’on s’est empressés d’oublier.

On a rencontré des gens ultra sympas, que ce soit juste pour une soirée dans les auberges, ou bien l’histoire de plusieurs jours dans des treks (c’est dingue comme quelques jours de marche difficiles et des conditions d’hébergement pas top peuvent rapprocher!), on a été logé nourri blanchi chez des familles adorables, on a rencontré des locaux qui ont partagé des instants magiques avec nous, on a noué des contacts avec des gens qu’on espère revoir très bientôt (ça tient toujours cette tournée dans les vignobles alsaciens bonhomme ?). Bref, on a enrichi notre Facebook avec un tas d’amis des quatre coins du monde.

On s’est dépassé physiquement ; les randonnées et les treks, avant, on pensait que ce n’était pas pour nous. Mais maintenant, on peut plus s’en passer. Ca nous a fait revoir notre idée des vacances idéales, et je pense que pour les prochaines, on se prévoira un petit trek. Et puis bon, ça fait des supers jambes musclées et bronzées.

On a visité des villes cools, Oaxaca, San Cristobal de las casas (nom qui fait marrer Seb à chaque fois), Cusco, Valparaiso, Buenos Aires, Rio de Janeiro, Ouro Preto, parmi tant d’autres…

On a vu des animaux trop choupinets : des perroquets, des iguanes, des paresseux, des ratons laveurs, des coatis, des tarentules et des grenouilles (moins mignons, je vous l’accorde), des phoques, des pingouins, des poissons de toutes les couleurs, des condors (pasa !) des flamants roses, des lamas, des alpagas, des vigognes (qui sont globalement la même chose). Beaucoup de singes : des capucins, des singes à moustaches de vieux sages, des singes hurleurs (qui peuvent te jeter leur popo à la tête). Mais pas UN TOUCAN !

On a admiré des paysages exceptionnels, des déserts de sel à Uyuni, des glaciers en Patagonie, des lacs immenses au Chili, des forêts de cactus au Mexique, de la jungle un peu partout, des plages sublimes au Costa Rica, des paysages lunaires dans l’Atacama…

C’était exceptionnel, magique, magnifique, épatant, surprenant. Je pense que le seul mot qui s’impose, c’est OUAH ! On a eu énormément de chance de pouvoir le faire, on en est conscient. On est super content de l’avoir fait. D’être passé d’un vague rêve à un projet concret. Et de s’être créé des souvenirs incroyables.

Alors voilà, si vous avez aimé ce que vous avez lu et vu sur ce blog, si vous avez envie de voyager vous aussi, si jamais vous hésitez encore, arrêtez d’hésiter et FONCEZ ! Même pour pas longtemps, même pour pas loin, partir à l’aventure, y’a que ça de vrai !

Brésil, le bilan

Ce qu’on a aimé :

  • L’immersion totale dans la vie brésilienne grâce aux 10 jours passés avec la famille de Bruno.
  • Diamantina et Ouro Preto, les plus belles villes qu’on ait vues de tout le voyage.
  • Ihla Grande, une ile où la nature est reine, et les plages paradisiaques.
  • Rio est une ville très étonnante, dans un environnement incroyable.
  • Les très beaux musées de Sao Paulo.
  • Notre après midi « cascades » à Paraty.
  • Le Carnaval, et l’ambiance qui y règne.
  • La fête tout le temps et partout !
  • Pouvoir se balader en slip avec une bouteille de bière dans la rue (mais on n’a pas fait les deux en même temps).
  • L’Acai, le meilleur (et plus calorique) dessert du monde.
  • Les Paos de Queijo, les coxinhas, les pastels, etc.
  • Le principe des restaurants au kilo, c’est vraiment top quand on est en voyage !
  • La Caïprinha !

Ce qu’on a moins aimé :

  • Apprendre le portugais n’a pas été simple ! Savoir l’espagnol nous a permis de déchiffrer l’écrit (parfois) ; mais pour ce qui est de l’oral, c’est autre chose !
  • Les contrastes entre les quartiers riches et les quartiers pauvres dans les grandes villes.
  • Les drogués au crack partout dans les rues de Sao Paulo et Rio… c’est ultra triste.
  • Les plages super bondées où on ne peut pas voir le sable entre les parasols (et les détritus, ou les pigeons).
  • Les énormes chantiers de construction d’immeubles en bord de plage à Florianópolis (où il faut d’ailleurs faire deux heures de marche pour trouver un coin où manger).
  • En règle générale, on ne mange pas trop mal, mais par contre très calorique !
  • La Funk Brésilienne et son BOOM TCHAK BOOMBOOM TCHAK

Rio de Janeiro, et nos adieux déchirants à l’Amérique Latine

Ah, comment occuper nos quatre derniers jours de voyage ? Alors que l’on est tout excité de partir, fatigué des déplacements, et qu’on est tout confus, puisqu’on est à la fois content de rentrer et triste de finir le voyage ? Rio est la ville parfaite pour ça. Il nous restait encore suffisamment de trucs à visiter, mais pas assez pour que l’on soit déçu de ne pas en avoir assez vu en partant.

Le 2 mars, on commence par oublier notre appareil photo (donc, pas d’illustrations, vraiment désolés), et on visite par hasard l’opéra de Rio. Oui, vraiment par hasard, on a vu du monde devant, on a décidé de les suivre. Il se trouve que l’architecte de l’Opéra de Rio s’est largement inspiré (voire, a tout copié) l’Opéra Garnier. C’est donc un festival de marbres et de vitraux art nouveau à l’intérieur, sans oublier les grands lustres et les belles peintures fauvismes au plafond.

Comme il pleut, on se dit qu’on ne serait pas plus mal à l’intérieur, et on visite le musée des beaux arts en face (Ah, ça faisait longtemps !)

Le soir, on rencontre Romain, un Français qui vient juste d’arriver et qui va étudier 6 mois à Rio. On l’embarque, et on va célébrer ça à Lapa, quartier idéal pour faire la fête (enfin, c’est ce que tout le monde nous a dit, nous, on a trouvé ça assez craignos).

Le lendemain, on part visiter une toute nouvelle attraction touristique (ok, un moyen de transport en fait), le téléphérique des favelas. Il n’a que six mois, et a été conçu pour faciliter les déplacements dans les favelas, qui comme vous le savez surement, sont construites sur des collines. Imaginez qu’avant, il fallait des heures aux habitants des favelas pour rejoindre le centre ville. C’est beaucoup plus rapide avec le téléphérique, surtout que le billet ne coûte rien : 1 Réais, c’est-à-dire environ 40 centimes d’Euro.

2013-03-03_Rio de Janeiro 4 (11)

Les favelas, on voulait vraiment les apercevoir, parce que même si c’est pas marrant, ça fait partie de Rio. Mais on n’était pas à l’aise à l’idée de se payer un tour avec un guide, parce qu’on trouvait que ça faisait assez voyeur. Et puis, même si elles ont été pacifiées, il était hors de question de se promener tout seul dedans. Le téléphérique, c’était vraiment top, on a pu survoler les favelas, se rendre compte de l’ampleur (et de la misère) de ces bidonvilles, sans poser le pied dedans.

L’après midi, on traîne du côté de Santa Teresa, notamment près de l’œuvre gigantesque de Selaron, un artiste Chilien qui a décidé de carreler des escaliers avec des bouts de céramiques qui viennent de partout dans le monde. C’est un projet sans fin, il remplace sans arrêt les anciens carreaux par des nouveaux. Et on peut lui en envoyer, du coup, il y a des carreaux qui viennent de partout dans le monde. C’est très marrant d’en voir avec des bigoudènes Bretonnes, ou avec des danseuses de French cancan !

2013-03-03_Rio de Janeiro 4 (22-2)

Le 4 mars, on part visiter un parc national, celui de Tijuca, situé en plein Rio. Imaginez la jungle en pleine ville. Dingue non ?

Bon, pour tout vous dire, on a été assez déçu. C’est très dur d’y accéder, on ne vous donne aucun plan, il n’y a pas vraiment de sentier de randonnée, toutes les grottes qu’on peut y trouver sont taguées, mais surtout, nous n’avons pas vu de toucans ! AHHH ! Enfin, c’était quand même sympa d’y pique-niquer.

2013-03-04_Rio de Janeiro 5 (3)

Le lendemain, 5 mars, notre avion part le soir, nous avons donc toute la journée pour faire nos derniers achats, et même le temps de visiter un musée. Parce qu’on est tout chose, on part au musée d’art moderne (histoire de finir en beauté, hein), et on a bien fait, parce que c’était vraiment génial.

On part pour l’aéroport en fin d’après midi… assez triste de quitter le Brésil, de finir notre voyage, de dire adieu aux vacances pour un bon bout de temps mais aussi tout contents de retrouver nos familles et nos amis, du confort et de l’intimité (parce que dormir en dortoir pendant 3 mois, c’est pas top), et surtout, de ne plus porter ces sacs horriblement lourds…

Nous vous ferrons un bilan du voyage, c’est promis, mais il faut nous laisser le temps de digérer tout ça…

Paraty, ça sent la fin

Avec beaucoup de retard, (mais on a pleins de bonnes excuses), voici un article sur Paraty, où l’on a passé quatre jours, du 25 au 28 février.

Comme vous le savez surement, nous sommes actuellement en France, mais c’est une autre histoire. Ceci est donc un article post retour, alors comme on a oublié les détails, on compense par des photos !

Mais revenons au 25 février…

Comme c’est la fin de notre voyage, et que l’on est très fatigué, (oui, 6 mois de vacances, ça fatigue !), on décide de se poser un peu avant notre retour, et Paraty est la ville idéale pour ça. C’est une ville coloniale au bord de l’océan, avec de belles maisons de toutes les couleurs, pleins d’églises à visiter, et des plages paradisiaques dans le coin.

2013-02-26_Paraty 1 (1)

2013-02-26_Paraty 1 (7)

Bon, on n’a visité aucune église, mais de l’extérieur, ça en jette !

2013-02-26_Paraty 1 (9)

Le 27, on décide de faire nos foufous, et on pète le budget en se payant un tour en jeep pour se baigner dans les cascades de la région. Bonne idée, puisque le guide qui nous accompagne les connait par cœur, et nous donnes pleins d’idées sympa pour transformer de simples chutes en parc d’attraction. On a pu faire du toboggan avec grosses éclaboussures à la réception, se balancer comme tarzan sur une liane avant de faire un saut de 2 mètres dans l’eau, se faire un jacuzzi… très sympa !

2013-02-277_Paraty 2 (5)

Et toutes ces attractions entrecoupées de visites de Cachaçasserie (ouh la, difficile à prononcer), le lieu où l’on fait de la Cachaça, l’alcool qui sert à faire les Caïpirinha. Nous avons eu la joie de goûter à la Cachaça caramel, et à la Cachaça « Gabriella », ou « de noël », à la cannelle et aux clous de girofle. Miam !

Le 28 février, on profite une dernière fois des plages paradisiaques du Brésil. On prend le bus pour Trinidade, une ville pas loin, qui commence à peine à se lancer dans le tourisme. Après un bon resto les pieds dans l’eau, on passe l’après midi à se dorer la pilule et à lire.

Le lendemain, on dit adieu à Paraty sous la pluie, et on rejoint Rio de Janeiro, pour nos derniers jours avant le départ.

Ihla Grande, (presque) le paradis sur terre

Ihla Grande est une île à quelques heures de Rio, et qui, en plus d’être sublime, a une histoire intrigante. D’abord un refuge pour les pirates et les corsaires Européens, l’île devient ensuite un lieu où l’on entasse les lépreux, avant de devenir un grand centre pénitentiaire. Maintenant, c’est juste un petit bout de paradis réservé aux piétons. Et oui, pas de voiture sur l’île, à peine internet, et pas de portable, bref, on est coupé du monde, et c’est un peu tant mieux. Il n’y a qu’un seul village qui est assez bondé en journée, mais ça nous est égal, parce qu’en journée, nous, on part explorer les nombreuses plages de l’île.

2013-02-23_Ilha Grande 1 (25)

Nous sommes restés 3 jours sur l’île, ce qui nous as laissé le temps de faire deux sublimes rando dans la jungle, entourés d’une végétation luxuriante, de singes hurleurs, de petits singes « vieux sages » qu’on avait croisés à Rio, d’oiseaux colorés, de colibris, de papillons géants et multicolores, de serpents, mais toujours pas de toucans (mais où sont ils bon dieu ?). On en a profité pour bronzer sur des plages de sable blanc et d’eau turquoise, toutes plus belles les unes que les autres, et sûrement parmi les plus belles que nous ayons jamais vu…

2013-02-25_Ilha Grande 2 (7)

2013-02-25_Ilha Grande 2 (32)

Le soir, on se promène dans la ville, pour prendre un verre ou bien un dessert dans un « bar à desserts », qui est un peu l’équivalent d’une friterie chez nous, mais pour les douceurs sucrées. On s’installe sur le ponton, et on regarde les jolies lumières des bars sur la plage, en écoutant un air de Bossa Nova…

2013-02-23_Ilha Grande 1 (27)

Bref, mise à part la chaleur étouffante (il suffit de faire 500m pour suer comme dans un sauna) et les moustiques, ça restera un des meilleurs moments du voyage, et on regrette juste de ne pas y être restés plus longtemps !

Rio de Janeiro Part 1

Nous arrivons le 19 février à Rio de Janeiro, après, on l’espère, notre dernier trajet en bus de nuit. En six mois, on pensait vraiment qu’on s’y serait habitués, mais rien ne vaut une bonne nuit dans un vrai lit quand même…Bref, il est quatre heure du matin quand nous débarquons à la gare (oui, on a eu un peu d’avance), et il fait déjà 29° !

Nous passons notre première journée à visiter le joli jardin botanique, ce qui nous donne l’occasion de nous familiariser avec la flore locale. Et pour fêter notre arrivée à Rio, quoi de mieux qu’un coucher de soleil sur la fameuse plage d’Ipanema ? Sympa, quoique la plage nous déçoit un peu, on nous avait prévenu, mais on est quand même choqué par sa saleté, les détritus et mégots qui trainent partout…

IMG_8002

On commence notre deuxième jour à Rio de bon matin, en route pour le Corcovado, où se trouve la célèbre statue du Christ qui surplombe Rio. Il fait tellement chaud (près de 40°) qu’on n’a même pas envisagé de faire la randonnée qui permet de monter tout là haut, et on se paie un aller retour en petit train rouge avec tous les autres flemmards. C’est assez rigolo, les rails sont en pleine jungle, et sur le chemin, on peut voir des singes, des énormes papillons bleus (Seb a même pas eu peur), et le fruit le plus gros du monde : le « Jac », qui sent très fort et pèse très lourd (je sens que je vais le payerJ)

En haut, on aperçoit la baie de Rio, c’est vraiment très beau tous ces morceaux de terre dans l’océan…

2013-02-20_Rio de Janeiro 2 (15)

Le Christ rédempteur (ou plutôt, « Le Jésus » comme l’appelle Seb) est pas mal lui non plus, habillé art déco, ça lui donne un air sympa.

2013-02-20_Rio de Janeiro 2 (24)

L’après midi, il fait trop chaud pour bouger, alors on profite du soleil pour aller se dorer la pilule sur la plage de Copacabana. Un peu de culture en passant, si vous avez suivi le blog, vous savez qu’on est déjà passé dans une ville nommée Copacabana, en Bolivie. Et bien c’est cette même ville Bolivienne qui a donné son nom au quartier de Rio, en hommage à une statue religieuse qui venait de là bas.

Le 21 février, on part explorer le pain de sucre, cette espèce de grosse motte de terre dans l’océan. Cette fois ci, on est courageux, et on décide de faire la rando qui mène au deuxième téléphérique.

2013-02-21_Rio de Janeiro 3 (13)

Sur le chemin, on croise de tous petits singes vraiment rigolos : ils ont des moustaches et des touffes de poils blancs, ce qui leur donne un air de vieux sage.

2013-02-21_Rio de Janeiro 3 (9)

Après avoir bien transpiré et payé le téléphérique une petite fortune, nous arrivons en haut du pain de sucre. Cette fois çi, on voit la baie de Rio mais du côté de l’Océan, et ça en jette aussi.

2013-02-21_Rio de Janeiro 3 (29)

2013-02-21_Rio de Janeiro 3 (PANO)

L’après midi, on visite le centre de Rio. Deux jours qu’on est là, et on avait toujours pas vu à quoi ressemblait la ville…

On tombe sur une vieille bibliothèque du type celle de la bête dans « La Belle et la Bête », Laurène en tombe immédiatement amoureuse. Dur de la faire partir de là (surtout que y’avait la clim).

2013-02-21_Rio de Janeiro 3 (56)

Puis, on vagabonde dans les jolies rues du centre historiques ; où sont encore accrochées des guirlandes colorées, témoignage du carnaval…

2013-02-21_Rio de Janeiro 3 (57)

Enfin, on tombe sur la cathédrale la plus bizarre du monde. C’est une espèce d’énorme cône, qui ressemble vaguement à un vaisseau extraterrestre. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les brésiliens n’ont pas peur d’oser en terme d’architecture…

2013-02-21_Rio de Janeiro 3 (59)

On quitte Rio le lendemain pour allez jouer aux pirates sur une Ile Paradisiaque : Ihla Grande. La suite au prochain épisode…

Le Minas Gerais : Belo Horizonte, Diamantina et Ouro Preto

Nous quittons Bruno et sa famille le soir du 13 janvier, et arrivons le lendemain dans la capitale de l’état du Minas Gerais, Belo Horizonte (à prononcer Belorizontche, oui, le portugais, c’est rigolo).

Comme vous l’avez peut être déjà pressenti en lisant son nom, le Minas Gerais est un ancien état minier où l’on extrayait toutes sortes de minéraux et pierres précieuses. Pour en savoir plus sur le sujet, nous visitons le musée des minéraux de Belo Horizonte, qui est vraiment super bien fait et hyper interactif, on s’est amusé comme des petits fous. Sachez en passant que Seb a environ deux kg de minéraux dans le corps (moi-même, j’en ai 800 grammes).

Comme nous sommes le 14 février, et même si au Brésil, personne ne fête la Saint Valentin (oui, la fête des amoureux chez eux, c’est en juin. D’après Bruno, c’est parce qu’il doit faire froid ce jour là, sinon, c’est pas une vraie Saint Valentin…), on se fait un dîner en tête à tête au restaurant libanais, et même si on n’a pas tout compris à ce qu’on a mangé, c’était bon.

Le lendemain, 15 février, nous partons nous isoler dans les montagnes, à Diamantina, un vrai Bijou colonial… La ville est magnifique, et on dirait que rien n’a changé depuis 200 ans. Il n’y a pas grand-chose à y faire, mais ça vaut vraiment le détour, car en plus d’être très belle et tranquille, il n’y a quasiment pas de touristes, ce qui est vraiment reposant. A part se promener dans les rues, l’activité principale de notre journée aura été de goûter à la bière locale : la Diamantina (alors ça c’est original !)

2013-02-15_Diamantina (15)

2013-02-15_Diamantina (29)

Après un rapide retour à Belo Horizonte, nous reprenons la route le 17 direction Ouro Prêto. Et là… ouah ! Coup de foudre pour la ville. C’est bien simple, il n’y a pas un bâtiment, une église, une maison qui ne mérite pas qu’on le prenne en photo. C’est tout simplement la plus belle ville qu’on ait vu depuis le début de notre voyage. Bon, en même temps, elle est classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Se promener dans les rues est déjà une attraction en soi, même si c’est vrai qu’il faut avoir du courage, car la ville est située sur plusieurs collines, et les routes montent et descendent sans arrêt. Nous passons la première journée à visiter les somptueuses églises de la ville, de style rococo (rappelez vous vos cours de seconde, ça veut dire « perle irrégulière » en portugais. Quel est le rapport, je sais plus…), et très chargées en or.

2013-02-17_Ouro Preto 1 (6)

2013-02-17_Ouro Preto 1 (13)

2013-02-17_Ouro Preto 1 (23)

Nous en profitons aussi pour découvrir les restaurants au kilo : c’est comme un self service, sauf que l’on paie au kilo. Pour les gens comme Seb et moi qui mangeons assez peu, c’est parfait : on mange super bien pour le prix d’un Mc Do…

Le 18 février, nous décidons de passer une dernière journée à Ouro Preto avant de prendre un bus de nuit pour Rio. La ville est plus animée que la veille, puisque nous sommes un lundi, mais la plupart des musées sont fermés. Nous visitons quand même le musée de la monnaie, située dans une ancienne demeure bourgeoise de la ville, et le théâtre municipal, qui se trouve être le plus vieux d’Amérique Latine toujours en activité. Il est magnifique, et donne vraiment envie de remonter sur les planches…

2013-02-18_Ouro Preto 2 (4)